Novembre 2015Vie sauvage locale

Nos inlassables migratrices

0

bandeau_VIE SAUVAGE LOCALE

par Hugues Deglaire, biologiste

 

29102013-_MG_0574Avec le mois d’octobre qui avance, on peut parfois apercevoir des points blancs qui flottent au large, puis des vols en forme de V constitués de ces mêmes points blancs sont visibles dans le ciel de la région. Quelques semaines après, les oies des neiges sont de plus en plus nombreuses sur le bord du fleuve. Lors de leur migration d’automne, elles s’attardent plus longuement que lors de leur passage printanier.

23112009-_MG_5243Il y a quelques semaines, elles étaient dans leurs quartiers d’été: Ellesmere, Bathurst, Baffin, Bylot… Ces noms vous disent-ils quelque chose? Ce sont parmi les îles les plus nordiques du monde, dans l’Arctique canadien. C’est là, dans la toundra, qu’elles ont donné la Vie à une nouvelle génération de poussins pendant le court été arctique entre juin et septembre.

L’oie des neiges niche en colonies lâches de plusieurs nids, au sol. Elle se mêle parfois à d’autres espèces d’oies comme l’oie de Ross, semblable à l’oie des neiges mais plus petite, mais aussi à la bernache du Canada. Elle est aussi grégaire lors de sa migration, car elle voyage en groupes qui peuvent comprendre plusieurs dizaines à plusieurs milliers d’individus. Je me rappelle, en 2013, à Saint-Ulric, on pouvait observer jusqu’à 3500 oies des neiges à l’embouchure de la Rivière Blanche durant le mois d’octobre.

12102012-_MG_3122Il y a même une journée où j’ai pu observer une oie rieuse parmi elles, probablement un individu de la population groenlandaise. Par contre, dans ces grands groupes d’oies, on peut parfois observer des individus plus sombres: ce sont les oies des neiges dites de la «forme bleue». Ces individus présentent un plumage gris anthracite mais gardent la tête, le cou et le ventre blancs. On peut aussi distinguer les jeunes des adultes: leur plumage est uniformément gris clair, gris sombre pour les juvéniles de la forme bleue.

01112013-_MG_0993Au début de novembre, elles quittent par petits groupes pour disparaître du village en quelques jours. Leur migration se poursuit vers le Sud-Est des États-Unis où elles hiverneront. La population de l’Est du continent est constituée d’un million d’oiseaux environ. Et Saint-Ulric est une petite localité sur le long périple qui pour certaines les mènera d’Ellesmere jusqu’au Texas: une migration d’environ 8 000 kilomètres!

 

Résumé du procès-verbal de 14 septembre 2015

Précédent

Des nouvelles du Club des 50 ans et plus de Saint-Ulric

Suivant

Lire plus dans Novembre 2015

You may also like

Juillet 2016

Du haut des airs

par Hugues Deglaire, biologiste Nous sommes cinq et nous écoutons les consignes du pilote. Il est 8 heures du matin. Puis, ceinturés sur le ...
Juin 2016

Rusé renard!

par Hugues Deglaire, biologiste En suivant la limite forestière avec les champs, j’aperçois de l’activité dans l’ombre des arbres traversée des premiers rayons solaires: ...
Mai 2016

Au ras des flots bleus

par Hugues Deglaire, biologiste     Tôt le matin, je marche sur la plage, le ciel est rosé. Il est presque cinq heures du ...
Mars 2016

Les immigrés clandestins…

par Hugues Deglaire, biologiste   Le 8 mars 2013 au soir, en fin d’après-midi, je reçois un appel de mon ami Jacques de Sainte-Félicité. ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.