Février 2016Vie sauvage locale

Des intrus au cœur de nos cochonneries?

0

bandeau_VIE SAUVAGE LOCALE

par Hugues Deglaire, biologiste

 

02-Vie sauvage locale - Des intrus au cœur de nos cochonneries PHOTO 1L’hiver québécois n’est pas une saison facile pour personne: ni pour la flore, ni pour la faune, et ni pour les humains comme nous ont confirmé les récentes tempêtes. Certains oiseaux et autres animaux terrestres, qui d’ordinaire sont prédateurs, peuvent alors devenir temporairement charognards. Aussi, nos déchets constituent une manne pour certains d’entre eux afin de passer la saison difficile avec succès.

02-Vie sauvage locale - Des intrus au cœur de nos cochonneries PHOTO 2Il y a tout d’abord plusieurs espèces de goélands: goélands argentés et marins, deux espèces qu’on peut voir à l’année longue dans nos contrées. L’hiver, les goélands arctiques et bourgmestres, venus du grand Nord, viennent grossir les rangs de ces opportunistes. En effet, certaines journées, quelques 600 goélands peuvent ainsi se nourrir au LET de Matane. Avez-vous déjà pensé aux quelques tonnes qui peuvent monter au ciel chaque hiver de cette façon ? Probablement que le trou se remplirait un peu plus vite sans leur présence?

02-Vie sauvage locale - Des intrus au cœur de nos cochonneries PHOTO 3Puis, il y a les étourneaux et les corvidés, la corneille d’Amérique et le grand corbeau. Tout ce petit monde ensemble se voit de loin, et comme chez les humains, la foule attire la foule. Ces grands rassemblements offrent toujours l’opportunité pour des oiseaux de proie de trouver des oiseaux blessés, fatigués ou malades, ou bien empêtrés dans un sac plastique. Ce jeune goéland bourgmestre n’aura aucune chance d’échapper à une course-poursuite avec un faucon gerfaut, un pygargue à tête blanche, ou encore un autour des palombes.02-Vie sauvage locale - Des intrus au cœur de nos cochonneries PHOTO 4

Tout cet «écosystème», improvisé récemment dans l’histoire de l’évolution, nous montre à quel point la nature est parfois capable de s’adapter rapidement aux changements qu’on lui impose. S’il y a plus de nourriture disponible, il y a de la place pour plus de monde, s’il y en a moins, on bouge ou on disparaît. Puis si on leur sert de la nourriture «sur un plateau», ces charognards n’ont aucune raison d’aller voir plus loin. L’homme n’a pas la primeur de la loi du moindre effort! Dans la nature, «Rien ne se perd, rien ne se créer, tout se transforme» selon la petite phrase de Lavoisier.

02-Vie sauvage locale - Des intrus au cœur de nos cochonneries PHOTO 5

 

Modèles recherchés

Précédent

Des nouvelles du Club des 50 ans et plus de Saint-Ulric

Suivant

Lire plus dans Février 2016

You may also like

Juillet 2016

Du haut des airs

par Hugues Deglaire, biologiste Nous sommes cinq et nous écoutons les consignes du pilote. Il est 8 heures du matin. Puis, ceinturés sur le ...
Juin 2016

Rusé renard!

par Hugues Deglaire, biologiste En suivant la limite forestière avec les champs, j’aperçois de l’activité dans l’ombre des arbres traversée des premiers rayons solaires: ...
Mai 2016

Au ras des flots bleus

par Hugues Deglaire, biologiste     Tôt le matin, je marche sur la plage, le ciel est rosé. Il est presque cinq heures du ...
Mars 2016

Les immigrés clandestins…

par Hugues Deglaire, biologiste   Le 8 mars 2013 au soir, en fin d’après-midi, je reçois un appel de mon ami Jacques de Sainte-Félicité. ...
CLDRB

Plein phare sur…

 par Lucette Lavoie   En 2015, il y a des personnes qui méritent notre reconnaissance, car elles ont grandement contribué à la conservation de ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.