Juin 2016Vie sauvage locale

Rusé renard!

0

bandeau_VIE SAUVAGE LOCALE

par Hugues Deglaire, biologiste

06-Vie sauvage locale - Rusé renard PHOTO 4En suivant la limite forestière avec les champs, j’aperçois de l’activité dans l’ombre des arbres traversée des premiers rayons solaires: c’est la course poursuite des renardeaux. Roulés-boulés dans les pentes aux abords du terrier, jeux d’agilité avec ses frères et sœurs, ramener une des nombreuses cannettes d’aluminium qui traînent en forêt, jouer avec la queue de la renarde qui ne réagit même plus. L’observation des renardeaux m’a offert de nombreux fous rires, me confirmant que le jeu était une manière universelle de grandir.

06-Vie sauvage locale - Rusé renard PHOTO 3D’habitude, on les observe pour la première fois hors du terrier au début du mois de mai, mais ils y resteront environ quatre mois avec leurs parents, qui les élèvent tous les deux. La femelle allaite et s’occupe de la protection d’une portée de 4 à 5 renardeaux en moyenne, alors que le mâle a plutôt le rôle de pourvoyeur, ramenant les proies qui nourriront la famille au complet. Et à ce titre, le renard se nourrit surtout de rongeurs: souris, campagnols, jusqu’aux lièvres d’Amérique en passant par les écureuils et autres amphibiens ainsi que quelques oiseaux.

06-Vie sauvage locale - Rusé renard PHOTO 2Le renard roux est la seule espèce de renard que l’on trouve au Bas-Saint-Laurent, même si au Québec on trouve aussi le renard gris à l’extrémité sud, et le renard polaire à l’extrémité nord. Le renard roux est une espèce relativement universelle, car elle vit aussi en Europe et en Asie. Toutefois, en Amérique du Nord, on trouve trois colorations pour cette espèce: rousse, noire et argentée, avec aussi des individus qui sont un mélange des trois colorations. Dans tous les cas, un signe infaillible pour le reconnaître dans toutes ses colorations: le toupet de poils au bout de la queue est invariablement blanc.

06-Vie sauvage locale - Rusé renard PHOTO 1Le renard est dur à observer dans notre région. Il est plus facile à observer dans les parcs urbains des grandes villes québécoises, car habitué à voir des humains et pas chassé. On l’observe facilement aussi en forêt boréale dans notre région ou encore sur la Côte-Nord. Dans tous les cas, je vous souhaite une belle rencontre avec un rusé renard, car pour moi, ça a toujours été un bon présage!

Recherche de bénévoles pour les jardins communautaires de Saint-Ulric

Précédent

Le service incendie de Saint-Ulric vous informe

Suivant

Lire plus dans Juin 2016

You may also like

Juillet 2016

Du haut des airs

par Hugues Deglaire, biologiste Nous sommes cinq et nous écoutons les consignes du pilote. Il est 8 heures du matin. Puis, ceinturés sur le ...
CLDRB

Plein phare sur…

 par Nataly Dubé   … la chorale de Saint-Ulric Je tiens à souligner l’implication bénévole des membres de la chorale qui sont là, semaine après ...
CLDRB

Que se passe-t-il au CLDRB?

par Sylvain Lessard, président   Tout d’abord, nous devons souligner le départ de Sylvie Pelletier au sein du conseil d’administration. Elle a siégé avec ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.