JuinPublireportage

Le Bistro du Nipigon

0

par Pascale Gagné

Le Bistro du Nipigon, situé au 18, route du Fleuve ouest, à Sainte-Luce-sur-Mer, saura enchanter vos papilles à coup sûr! Ouvert du mois d’avril au mois d’octobre pour sa 18e saison, ce restaurant a décidé de prendre un grand virage: l’achat local.

Les propriétaires Daniel Barbeaux et Josée Burton ont à cœur d’offrir une visibilité aux clients et aux partenaires locaux. «Mettre en évidence les produits de chez nous fait parler de nous», affirme leur tout nouveau chef, Charles Clément.

Photographies Chantal Arsenault

Arrivé depuis un an à Saint-Ulric, M. Clément est allé chercher divers partenariats avec une kyrielle d’entreprises de La Matanie: la Fromagerie du Littoral de Baie-des-Sables, le Gîte Confort et Chocolats et le Marché Dubé de Saint-Ulric ainsi que les Pêcheries Bertrand Desbois de Matane pour ne nommer que ceux-là. Sur le menu du Bistro, plusieurs produits de ces entreprises sont ainsi proposés pour le plaisir des palais les plus fins!

Photographies Chantal Arsenault

Outre le fait de mettre en évidence les commerçants d’ici et d’encourager les emplois de la région, cette décision se base également sur la connaissance de ce que le client mange. En achetant des produits qui viennent de la région et qui y sont transformés, le client est au courant ce qu’il y a dans son assiette. Il sait que les normes et critères sont ceux que le Canada prône, et non ceux, quasi inexistants, de pays à plusieurs milliers de kilomètres de chez nous.

À tout cela, une valeur environnementale s’ajoute à ce grand virage: plus besoin aux aliments de parcourir la moitié de la terre pour arriver dans l’assiette du client. Les produits sont au bout de la rue ou viennent du village voisin. Fraîcheur et goût sont donc présents au maximum. Quelle aberration que d’acheter à une entreprise en Chine des crevettes qui proviennent de Matane! En plus de diminuer les gaz à effet de serre résultant du transport, le suremballage est évité; elles arrivent au port et vont directement au restaurant.

M. Clément raconte avec ferveur que dès son arrivée à Saint-Ulric, ce qui l’a frappé le plus, c’est le dynamisme des gens, leur implication dans la région. Son intention est de faire rayonner la région parce qu’elle est belle et qu’elle a une multitude de choses à offrir.

Le sentiment de cuisiner des produits de qualité, de les offrir aux clients du Nipigon en sachant que des gens travaillants et dévoués aux ressources d’ici sont derrière tout ça, rien ne peut détrôner cela. C’est celui du devoir accompli, c’est le retour aux sources, de notre Gaspésie d’il y a quelques décennies, où la région était autosuffisante, où le mode de vie était sain.

Allez faire une petite visite au Bistro du Nipigon afin de constater cela par vous-même. Parlez avec les propriétaires et le chef de vos impressions suite à la dégustation d’un de leurs plats. Vous aurez sans doute le goût d’y retourner. Vous risquez même de vouloir acheter les produits des entreprises d’ici. Vous ferez partie de ce grand virage: l’achat local.

 

Éditorial

Précédent

Chronique Bien-être

Suivant

Lire plus dans Juin

You may also like

Collaborateurs

Chroniques d’immigrés

par Catherine Maquet Chapitre 2: L’annonce et l’avant-déménagement L’annonce n’a pas été des plus faciles. Imaginez, je suis fille unique et petite-fille unique. ...
Collaborateurs

Chronique Bien-être

par Francine Rémillard, massothérapeute Les bienfaits de la marche: 3 minutes diminuent la pression artérielle; 5 minutes améliorent l’humeur; 5 à 10 minutes ...
Éditorial

Éditorial

par Sylvain Lessard La belle saison est enfin arrivée. Comme m’a dit une de mes filles récemment: «Ici au Québec, il y a ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.