AoûtÉditorial

L’éditorial

0

par Sylvain Lessard

2020 est déjà une très grosse année!

Qui aurait pu prédire autant de rebondissements spectaculaires? La COVID a fait basculer la société moderne; la sécheresse met à mal, encore une fois, les producteurs agricoles; les émeutes contre le racisme au États-Unis accentuent l’isolement des forces policières; les dénonciations massives des abuseurs via les médias sociaux qui se retrouvent devant le tribunal populaire; les feux de forêt gigantesques qui détruisent tout sous leur passage; les scandales politico-financiers mettant en vedette notre premier ministre donnant des explications contradictoires et sans sens logiques; malgré la baisse des gaz à effet de serre en 2019 et 2020, les scientifiques concluent que les changements climatiques s’alimentent par eux-mêmes et finalement, le F.-A.-Gauthier ne brise plus! Grosse année! En plus, je suis persuadé que d’ici l’impression du journal, deux ou trois autres rebondissements s’ajouteront à cette longue liste!

Qu’allons-nous retenir de tous ces évènements? Difficile d’y répondre, mais espérons que le dicton, « chassez le naturel, il revient au galop» ne soit pas vrai, afin que notre société et ses valeurs évoluent. Est-ce qu’il y aura une prise de conscience sociale? Est-ce que l’individualisme de tous et chacun aura raison de celle-ci? Lorsqu’on entend les gens crier à tout vent que d’imposer des normes sanitaires strictes est un bris de leur liberté individuelle, comment travailler ou évoluer collectivement?

Et que dire du lynchage devant le tribunal populaire des réseaux sociaux? Est-ce normal que le système de justice ne puisse aider toutes ces personnes qui ont été victimes d’abus de toutes sortes? Pourtant, il se passe quelque chose de grave avec les dénonciations des victimes. Nous pouvons les croire, cependant notre société a mis des règles dans le fonctionnement de la justice :

Article 11. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées…
— Extrait de La Déclaration universelle des droits de l’Homme

Paradoxe social, présentement, nous sommes en train de sombrer dans une société totalitaire qui impose des règles sanitaires strictes que tous doivent suivre. Et, à l’opposé, notre société accepte la justice populaire en laissant les dénonciations s’accumuler sur les réseaux sociaux sans qu’aucune accusation réelle n’ait été prononcée par le système de justice.

Les technologies changent nos méthodes de fonctionnement, filment les abus, le racisme, dénoncent les abuseurs, transforment nos pensées et nos valeurs, rendent les enfants et les adultes accros aux écrans, détruisent les contacts humains. Est-ce que les technologies nous aident pour le mieux?

Notre société est drôlement malade, nos règles de fonctionnement qui existent depuis fort longtemps prennent le bord. C’est à celui qui crie le plus fort… Finalement, est-ce que notre société dans laquelle nous évoluons, progresse réellement? Ah oui, j’oubliais, ça va bien aller…

Petite coquetterie du WEB

Précédent

La campagne Nourrir notre économie en Matanie

Suivant

Lire plus dans Août

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.