DécembreDivers

Questions pour Pierre Lagacé, maire de Saint-Ulric

0

par Sylvain Lessard

Quels sont les objectifs réalisés ou en cours de réalisation dont vous êtes le plus fier?

Depuis le début du mandat, la Municipalité a profité de sa saine gestion financière des dernières années. En combinant les différents programmes de financement des gouvernements, les bénéfices accumulés et les programmes de financement discrétionnaires des députés, plusieurs investissements dans les infrastructures ont été faits.

En 2018, il y a eu le remisage de la conduite d’eau de la Route Centrale pour un investissement de 431 223$, complètement subventionné par la TECQ (Taxe sur l’essence et de la contribution du Québec qui est distribuée aux municipalités pour l’entretien des routes). Ces travaux ont permis d’augmenter la fiabilité du tuyau qui cassait régulièrement auparavant. De plus, l’année du 150e, la Municipalité a procédé au repavage de l’avenue Ulric-Tessier pour se faire belle au coût de 310 979$ : Pascal Bérubé a donné 60 000$, 129 587$ provenaient du Fonds Northland Power, le restant a été puisé dans les surplus accumulés de la Municipalité.

L’année 2019 amena d’autre investissements dans nos infrastructures locales : Le Rang 4 Est sur une distance de 1 km a été asphalté pour un coût de 301 636$, le député Pascal Bérubé a donné 50 000$ et le reste a été puisé dans le surplus accumulé; La Route James et un petit bout de la Route du Pont Couvert et du Boulevard Joseph-Roy ont été pavés au coût de 681 255$ provenant du programme PIIRM qui a donné une aide financière de 490 813$. La Municipalité a complété le financement en faisant un emprunt de 190 000$ sur 10 ans; Avant la fin de l’année et ce en pleine saison froide, le début de la mise aux normes de l’eau potable de la Municipalité avec la construction de la galerie de captation pour une somme de 207 522$, provenant de la TECQ.

En 2018 et 2019, la Municipalité a investi 1 932 718$. Le coût aux citoyens a été de 502 616$ provenant des surplus accumulés et d’un emprunt 190 000$ sur 10 ans. La dette totale de la Municipalité s’élève maintenant à 220 000$.

En 2020, 1 965 607$ ont été investis pour resurfacer la Route Centrale avec du macadam, incluant la portion asphaltée. Au départ, les subventions devaient être de 75% mais en raison de la COVID elles furent augmentées pour couvrir 90% des coûts à condition que le projet soit complété avant le 31 décembre 2020. La balance du coût du projet provient d’un emprunt.

Sans oublier, le Rang 4 Est, le Rang 3 de Tartigou et la Route Lepage qui ont été gravelés sur 1km et la Route Lepage pour un coût total de 612 050$ avec une aide financière de 304 573$. La balance provient encore du surplus accumulé. Le Chemin du Chômage a été retravaillé sur 2 km au coût de 150 000$, dont 50 000$ du député provincial et le reste provenant encore du surplus accumulé de 2020. La Municipalité a donné un contrat de 440 500$ pour ouvrir la rue de l’Entre-Gens dans le cadre du projet de la résidence qui est présentement en construction. Enfin, l’achat du chasse-neige, acheté en 2018, livré en 2019 au coût de 295 825$, payé avec 70 000$ de Northland Power et 100 000$ du Fonds de roulement et le reste provient du surplus accumulé.

Dire qu’au départ, l’objectif était d’asphalter 1km en plus de 2km de gravelle pour nos routes. Je suis très fier que ça ait avancé grandement et qu’on progresse. Nous en avons fait du chemin!

Au cours de votre mandat, quels ont été vos plus grands défis?

Le plus grand défi a été d’investir dans nos routes, moderniser nos instruments à neige et offrir des locaux plus confortables à nos comités.

Qu’aimeriez-vous réaliser comme projet ou objectif avant la fin de votre premier mandat?

Faire avancer le dossier de l’eau potable. Nous avons remis le projet sur les rails avec la galerie de captation. Le consultant hydrogéologue sur le projet devait remettre les données recueillies au Ministère de l’environnement, les résultats devaient être analysés en 2 ou 3 semaines… Puis la COVID est arrivé, tout a cessé de fonctionner et les données n’ont été déposées qu’au mois de mai, donc tout a été retardé, déjà que le Ministère de l’environnement n’est pas des plus efficace… Nous attendons donc toujours le rapport du ministère avant de pouvoir passer à l’étape suivante.

Est-ce qu’une fusion, un regroupement de service, un partage d’employés ou toute collaboration étroite est envisagée avec nos voisins limitrophes?

Pour l’instant non, rien de prévu.

Au cours de votre mandat, quel a été votre plus grande déception?

Les choses que je n’ai pas pu réaliser… La salle de réception, 3 essais, 3 refus!

Avec la situation sanitaire actuelle, quels ont été les impacts sur la gestion municipale?

Comme tout le monde, le bureau municipal a été fermé et une boîte aux lettres a été installée; un congé d’intérêt sur le paiement des taxes; sans compter les frais des masques, savons, plexiglass, etc.

Quels sont les besoins ou défis de Saint-Ulric pour le futur?

Bien évidemment l’eau potable, cependant les petites rues du village entre l’avenue Ulric Tessier et la rue de la Côte sont à surveiller : un jour ces petites rues devront être réparées.

Les Ulricoises et les Ulricois aimeraient savoir quelles mesures environnementales ont été prises lors de votre mandat?

En 2021-2022, la cueillette de matières organiques sera en fonction.

Que souhaitez-vous aux citoyennes et aux citoyens pour 2021?

Que l’engouement pour Saint-Ulric continue afin que beaucoup de nouvelles familles s’y installent et que la population augmente.

Plusieurs maisons ont changé de main en 2020, un genre de boom de transaction et cela continue, d’après vous, est-ce que la nouvelle résidence, qui apporte 22 unités de logement supplémentaires, aura un impact sur le marché immobilier à Saint-Ulric?

Présentement, les maisons se vendent assez bien, au moins au prix de l’évaluation. Plusieurs seront à vendre en raison de la résidence pour ainés. Le marché devrait se maintenir car l’inventaire des maisons à vendre a grandement diminué et la demande y est encore.

Selon vous, quels services de proximité avons-nous besoin dans notre communauté?

D’une Caisse Desjardins… Se moderniser pour attirer des jeunes familles…

À l’automne 2021, est-ce que votre nom sera sur le bulletin de vote?

Une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de ne pas me présenter à nouveau c’est de retrouver le temps de vivre ma vie. Je suis trop proactif et je me fatigue. Je veux trop que ça avance, mais il y a beaucoup de réticences… J’espère que le nouveau conseil pourra en faire autant que nous avec le même argent et les mêmes ressources.

Un mot pour la fin de l’entrevue?

Je souhaite aux citoyennes et aux citoyens de Saint-Ulric de Joyeuses Fêtes malgré les temps incertains que nous vivons. Que tous soient prévenants et respectent les consignes émises par le Ministère de la santé publique.

 

Un renne perdu à Saint-Ulric

Précédent

Prévention incendie: quelques conseils de prévention pour le temps des Fêtes

Suivant

Lire plus dans Décembre

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.