DiversNovembre

Communiqué Uni-Vert

0

Guy Ahier, coordonnateur Groupe environnemental Uni-Vert région Matane

– Communiqué pour diffusion immédiate —

Matane, 11 octobre 2023

Uni-Vert est intervenu en protection du littoral sur le territoire de Matane et de Saint-Ulric.

Le groupe environnemental Uni-Vert de la région de Matane est intervenu en protection du littoral sur le le territoire de La Matanie lors d’un projet en partenariat avec la MRC de la Matanie dans le cadre du fonds de soutien à la vitalisation et à la coopération intermunicipale (FRR-volet 4).

Uni-Vert a ainsi travaillé durant l’été 2023 le long du littoral de l’ouest de Matane-sur-Mer, plus précisément dans le secteur à la limite entre Matane et Saint-Ulric.

Des plantations d’élymes ont été effectuées sur la plage dans une zone affectée par les grandes marées de décembre 2022 alors que ce sont principalement des rosiers sauvages qui ont été plantés sur les talus des propriétaires riverains participants. Dans le secteur de St-Ulric, du saule a aussi été planté. Ces interventions permettent la protection des habitats littoraux et la stabilisation des berges avec des techniques de génie végétal pour restaurer des habitats côtiers perturbés.

Le coordonnateur du projet Guy Ahier indique que les interventions réalisées sur le terrain ont atteint les objectifs de stabilisation et de protection du littoral. Ce secteur était d’ailleurs un des seuls à l’ouest de Matane-sur-Mer qui se prêtait aisément à l’utilisation des techniques de génie végétal choisies, car il avait conservé son cachet naturel et on n’y retrouvait aucun enrochement, mentionne aussi Guy Ahier.

Une plantation d’arbustes et de graminées couvrant une superficie de 545 mètres² a ainsi permis de restaurer les secteurs préidentifiés. Pour ce faire, l’équipe d’Uni-Vert a planté près de 4 200 élymes-des-sables dans des secteurs dénudés ou à regarnir et 400 rosiers sauvages en protection sur les talus, la combinaison des rosiers sauvages en haut de pente complétée par les plantations d’élymes-des-sables sur la plage permettant une meilleure protection naturelle du littoral.

« Par leurs racines, nos rosiers sauvages en bord de talus et nos élymes-des-sables, stabilisent les bords de plages, et continuent leur croissance, comme le démontre les suivis. Les propriétaires riverains participants étaient très contents que nous plantions des élymes et des rosiers » de dire Guy Ahier, coordonnateur du projet : « Protection du Littoral à St-Ulric et Matane ».

Il est important pour les riverains voulant planter en bord de mer de privilégier des espèces supportant l’embrun marin et offrant des systèmes racinaires solides comme les rosiers sauvages ou églantiers sur les bords de talus ou encore les élymes-des-sables sur les plages. Un peu plus loin, sur le talus, on peut rajouter des saules.

« Cela permet d’arrêter l’érosion côtière, car les racines stabilisent les talus, retiennent le substrat et le sable sur la plage » indique Guy Ahier.

Depuis des années, Uni-Vert favorise des méthodes naturelles et non artificielles (comme l’enrochement) de revégétalisation de la plage et du trait de côte.

Le projet « Protection du littoral à St-Ulric et Matane bénéficiant d’une contribution de 17 000 $ du Fonds de soutien à la vitalisation et à la coopération intermunicipale (FRR-volet 4) de la MRC de la Matanie a permis la création de deux emplois pour intervenir sur le littoral.

Uni-Vert a aussi obtenu le soutien financier d’Emploi d’Été Canada.

Voici divers conseils relatifs aux travaux et à la protection de berge :

Il est important pour les riverains voulant planter en bord de mer de privilégier des espèces supportant l’embrun marin et offrant des systèmes racinaires solides comme les rosiers sauvages ou églantiers sur les bords de talus ou encore les élymes-des-sables sur les plages.

“Cela permet d’arrêter l’érosion côtière, car les racines stabilisent les talus, retiennent le substrat, et le sable sur la plage” indique Guy Ahier.

Il est important de ne pas tondre les rosiers sauvages plantés au bord du talus face au fleuve, car ils contribuent par leurs racines à stabiliser la berge. D’ailleurs, il est recommandé de laisser un espace en friche devant la ligne de talus pour protéger les berges et réduire le décrochement de sédiments. Si il n’y a pas d’arbustes stabilisateurs de berges comme le rosier devant le talus, on suggère de laisser un 3 mètre en friche (donc non tondu)

Les citoyens nous ont demandé si le bois de mer ne va pas recouvrir les élymes.
Le bois de mer aide à conserver le sable de plage, s’il recouvre les élymes, on peut le dégager, mais il faut le laisser sur la plage. Le jeu des marées le fera bouger de toute façon. Donc, dégager du bois de mer le bord des berges quand il y a déjà de la végétation, mais le laisser sur la plage.

Des citoyens ont aussi demandé l’utilité de l’élyme des sables. Celle-ci par ses nombreuses racines formant un réseau sous la plage fixe le sable et contribue à le conserver en place. Plus, il y a de sable sur la plage, plus le talus est protégé de l’érosion des fortes marées.

Le rosier sauvage, pour sa part, tient par ses racines le bord du talus et de surcroit, embellit le paysage et constitue un apport environnemental pour la faune ailée et les insectes. Il a l’avantage de supporter l’embrun marin et de pouvoir être planté dans des milieux difficiles plus rocailleux.

Il faut éviter de jeter des rebuts et branches mortes sur la plage qui nuisent à la croissance des plantations de bord de mer.
Il ne faut pas circuler en 4 roues sur la plage. Cela peut aussi contribuer à écraser des plants de bords de mer.
Il faut éviter de piétiner les plantations.
Il faut éviter les enrochements qui peuvent créer plus de problèmes à chaque extrémité, par exemple par l’effet de bout d’enrochement qui fait que les marées fortes érodent ces extrémités de façon intensives.

Les citoyens peuvent par eux même planter des rosiers sauvages (rosa rugosa) ou des églantiers (rosa blanda) dans le bord de leur talus. Un peu plus éloigné du bord de berges, certaines espèces de saules qui supportent l’embrun marin, soit en boutures ou provenant de cassettes peuvent aussi être plantées pour aider à la stabilisation.
Les citoyens peuvent également planter de l’élyme-des-sables sur la plage. Des pépiniéristes se spécialisent au Bas-Saint-Laurent dans la vente d’élymes-des-sables en quantité et il y en a qui offrent du saule.

N’hésitez pas à vous impliquer pour protéger les berges de l’érosion et améliorer l’aspect visuel de votre littoral.

Une loterie communautaire hebdomadaire 100% matanaise!

Suivant

Lire plus dans Divers

You may also like

Divers

Ententes intermunicipales

Par Kim Bergeron, conseillère en communications et affaires publiques   Services d’urbanisme et d’aménagement du territoire : comprendre le rôle de la MRC de ...
Divers

Avis de décès: Boris Firquet

Boris Firquet 3 juin 1969 – 29 avril 2024 C’est avec une profonde tristesse que nous annonçons le décès de monsieur Boris Firquet, ...
Avril

Savoirs écoresponsables d’ici

Par CIBLES En Matanie, on rencontre souvent des personnes qui ont un fort lien avec la nature et qui choisissent d’agir au quotidien ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.