CollaborateursDécembre

D’où vient ce nom ?

0

Par Andrée Gendron

Comme mentionné dans la parution de novembre de L’Ulricois, cette chronique est consacrée aux pionniers qui ont donné leur nom aux premières routes de Saint-Ulric : routes Gosselin, Saint-Laurent, James et Athanase. Le nom de ces routes a été officialisé auprès de la Commission de toponymie du Québec en 1979.

La route Gosselin est un des deux chemins de colonisation de Saint-Ulric, l’autre étant celui longeant la rivière Blanche, aujourd’hui connu sous le nom de route Centrale. Ces routes ont été construites au milieu du dix-neuvième siècle aux frais du gouvernement dans le but d’encourager l’établissement de colons à l’intérieur des terres.

La route qui longe la rivière Tartigou, qui aurait été inaugurée en 1847 selon Rioux et Michaud1, doit son nom à Vilbon Gosselin (Saint-Michel-de-Bellechasse, 1820 — Amqui, 1901) un forgeron de Sainte-Flavie venu s’établir à Saint-Ulric avec sa famille vers 1860 dans le secteur de la rivière Tartigou. Il exploite une scierie, auparavant propriété de William Price, un moulin à farine et une boutique de forge et il cultive une terre de 220 arpents (75 hectares). Dans un plan qu’il a dressé en 1886, l’arpenteur Samuel Lepage identifie cette route « route à Gosselin ».

La route Saint-Laurent doit son nom à Pierre Saint-Laurent (Rimouski, 1829 — Saint-Ulric, 1872), un cultivateur établi dans le canton de Matane au début des années 1850. Il exploite une terre de 270 arpents (92 hectares) qui s’étend du premier au troisième rang de Tartigou à la limite ouest du lot numéro 1 du premier cadastre officiel du canton de Matane.

Dans le plan de 1886, l’arpenteur Samuel Lepage identifie cette route « route de la veuve Pierre ». Le fils de Pierre Saint-Laurent, Donat (1865 – 1946), va reprendre l’exploitation de son père. La route Saint-Laurent va alors être connue sous le nom de « route à Donat » et c’est sous ce vocable que Rioux et Michaud2 vont la nommer en mentionnant qu’elle a été inaugurée en 1862.

La route James a été nommée d’après Jacques dit James Ross, baptisé Jacques (Rimouski, 1852 — Saint-Ulric, 1929). Toujours selon Rioux et Michaud3, cette route a été inaugurée en 1857 du temps où y vivait le père de James, Octave, qui était venu s’établir avec sa famille vers 1855 sur le lot où se trouve la route qui a aussi été connue sous le vocable de route Jim ou à Jim.

La route Athanase qui marque la limite est de Saint-Ulric doit son nom à Athanase Cimon ou Simon (Trois-Pistoles, 1829 — Saint-Ulric, 1912). Athanase Cimon s’est installé peu de temps après son mariage avec Marguerite Gillesy à Matane en 1858. Cette route existait en 1857, selon Rioux et Michaud4.

La prochaine chronique portera sur les premiers noms des rues de Saint-Ulric adoptés par le conseil municipal en 1946.

Le 21 décembre…il y a longtemps

Précédent

Littérature jeunesse

Suivant

Lire plus dans Collaborateurs

You may also like

Août

Mgr-Belzile sous la loupe 

Par Marie-Hélène Bouillon, agente de réadaptation Surveillez vos boites courriel pour les messages, en prévision de la rentrée scolaire prévue pour le vendredi ...
Août

Chronique café

Par Carolane Asselin Les 6 clés d’un café réussi L’eau L’eau de qualité entraîne un café de qualité ! En tant qu’ingrédient principal du ...
Août

Littérature jeunesse

Par Véronique Boucher Boumbidoum Écrit et illustré par Valérie Picard Aux éditions Monsieur Ed Boumbidoum est une drôle de créature appelée Dingplouf. Sa ...
Collaborateurs

Chronique café

Par Carolane Asselin Le café infusé à froid alias « cold brew » De plus en plus populaire depuis quelques années, cette nouvelle manière facile ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.