CollaborateursFévrier

Chronique café

0
Par Carolane Asselin
La troisième vague

Crédit photo: Carolane Asselin

Café de troisième vague ou « third wave » sont des termes que vous avez certainement entendus à travers une conversation entre amateurs de café. Qu’entend-on par le terme vague ? Le terme est utilisé ici dans le sens de « tendance ». Le café, bien-aimé et consommé depuis plus d’un siècle, a connu une transformation formidable depuis le tournant du 3e millénaire. On sépare son histoire en trois étapes distinctes, de la première à la troisième vague.
Première vague (1900-1970)
La première vague représente la découverte et l’intégration du café dans le quotidien des Québécois. À l’ère de la consommation de masse, on boit du café non pas pour son goût, mais pour ses effets. Le café est alors considéré comme un moyen de se réveiller et de se stimuler. C’est dans cet esprit que le café « instantané » a été développé comme mode de préparation pratique et rapide.
Deuxième vague (1970-2000)
Avec l’arrivée des grandes chaines comme Starbucks est apparue la deuxième vague. C’est en proposant du café de meilleure qualité et une gamme de produits dérivés tels que les lattés et les capuccinos que celui-ci passe de simple outil à expérience multisensorielle. Le goût et le plaisir sont dès lors associés au café. On s’interroge sur les origines et les nouvelles méthodes de préparation du café.
Troisième vague (2000 à aujourd’hui)
Nous sommes actuellement dans la troisième vague. Le café est considéré comme un art. On perfectionne les techniques d’extraction. Nous voulons tout savoir sur le produit, y compris le lieu d’origine, le terroir, la plantation et le producteur. Le café est une expérience en soi et nous voulons faire l’expérience du café sous tous ces angles.
Que nous réserve la quatrième vague ?
Bien que certains analystes aient émis des hypothèses à ce sujet, il est encore trop tôt pour savoir vraiment en quoi consistera la prochaine vague. Parmi ces possibilités, on retrouve entre autres les technologies qui permettent de produire un résultat constant et de haute qualité, comme certaines cafetières à capsules haut de gamme le font déjà de nos jours. Aux antipodes de cette idée, on imagine également un futur plus axé sur l’écologie et le développement durable, avec de nouvelles pratiques d’agriculture efficace et des avancées dans les concepts de commerce équitable. Quoi qu’il en soit, le futur du café sera certainement intéressant à observer et il demeurera un sujet de premier ordre pour les discussions autour d’une bonne tasse !
Crédit photo : Carolane Asselin

Je bénévole, et vous ?

Précédent

Entrevue avec Benoit Lévesque, partie 1: un ancien Ulricois

Suivant

Lire plus dans Collaborateurs

You may also like

Collaborateurs

Littérature jeunesse

Par Véronique Boucher   Les saumons de la Mitis Écrit par Christine Beaulieu Illustré par Caroline Lavergne Aux éditions La Bagnole   Connue ...
Collaborateurs

Littérature du temps des fêtes

Par Véronique Boucher Au menu, des idées de lecture, pour se faire plaisir ou pour gâter quelqu’un que l’on apprécie. Bonnes découvertes littéraires ! ...
Collaborateurs

Mgr-Belzile sous la loupe

Par Marie-Hélène Bouillon  Hommage à Vivi Décembre sera un mois particulier pour les membres du personnel et les élèves de l’école. En effet, ...
Collaborateurs

Le hockey

Par Benjamin Lapointe Proulx Aujourd’hui, je vais parler du hockey. Ce sport sur glace est de moins en moins accessible au Québec. Alors, ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.