CollaborateursJuillet

Matin

0

par Danielle Ross

Matin

Crédit photo: Danielle Ross

Tranche de vie
Pendant la nuit
la longue brume s’est levée
et dans la lumière du matin
les pavots sont apparus
Les pavots d’Alice
Dans les années 70 j’avais ramassé
dans la magnifique cour d’Alice Simard
au village de la Rivière-Blanche
une caboche de pavot
Je l’ai enterré dans un « rond de fleurs »
et je l’ai oublié
Tellement oublié qu’à chaque printemps
j’arrachais cette mauvaise herbe qui poussait
à travers les iris versicolores et la pivoine
Et puis plusieurs années après
je l’ai laissé pousser « pour voir »
Quelle était cette mauvaise herbe si tenace?
Et O miracle c’était les pavots d’Alice
Ils sont à depuis plus de 40 ans
Ils reviennent malgré le peu de soins
le froid les grands vents de Tartigou
Même les iris persistent
Et la vieille pivoine aussi si belle dans sa blancheur
Qui se souvient des beaux jardins ?
Des demoiselles Beaulieu
Des demoiselles Dion
Des demoiselles Martel
Et de mademoiselle Alice Simard
Au village on disait les vieilles filles
Ma mère disait les demoiselles
C’est si joli des demoiselles dans les jardins fleuris
C’est dimanche… et les marguerites aussi….
Coup de cœur : Si près si loin

Littérature Jeunesse : Lucie la mouffette qui pète chez les achigans tannants (Tome 5)

Précédent

Chronique : Des aînés en forme à St-Ulric ?

Suivant

Lire plus dans Collaborateurs

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.