Info-OrganismesNovembre

L’enfant — Le bilan

0

par Jocelyne Rioux, présidente

20 novembre : Journée nationale de l’enfant

Qu’est-ce qui te fait le plus craquer dans la vie ? Sans équivoque, je réponds : les enfants.

Célébrer l’enfant, c’est reconnaître l’existence de l’être humain dans son premier stade de développement. C’est voir la beauté du monde dans son regard. C’est ressentir la fierté à chacun de ses exploits. C’est vivre la joie en entendant ses éclats de rire. C’est réaliser que l’enfant maitrise l’art de rendre heureux et qu’il nous apprend à aimer sans condition. Cette journée qui lui est sienne, nous ramène non seulement à notre devoir de parents, mais aussi à notre responsabilité citoyenne. Nous devons lui permettre de vivre pleinement et de réaliser son plein potentiel.

Nous devons veiller à ce qu’il soit en sécurité partout : dans son foyer, à l’école, dans les rues, au terrain des loisirs, partout. Nous devons aussi voir à ce que ses besoins fondamentaux soient comblés : manger, dormir, s’amuser, créer, et tous les autres. Et surtout, qu’il se sente aimé, protégé, valorisé, encouragé.

Un enfant, c’est la spontanéité, l’innocence, la naïveté, mais aussi l’intelligence, l’insouciance et l’inconséquence. L’enfant : boule d’énergie et de sensibilité. Souligner la Journée nationale de l’enfant, c’est faire connaître ses droits, c’est aussi lui dire qu’il a la possibilité de se faire entendre. Il est un acteur de sa propre vie et un citoyen de sa collectivité. Avec les droits viennent les responsabilités. Nous avons tous la responsabilité d’aider l’enfant à devenir grand.

Journée de la culture 24-25-26 septembre Un bilan positif.

Les traditionnelles trois journées de la culture se sont invitées à Saint-Ulric cette année. Pour une première édition, on peut dire mission accomplie. Dans une volonté de mettre en lumière le talent culturel et artistique d’ici, le Comité culturel Saint-Ulric s’est joint au Jubé de Saint-Léandre ainsi qu’à la MRC de la Matanie pour offrir des activités culturelles de grande qualité et qui, a posteriori, ont attiré plusieurs participants et furent de francs succès.

Journée productive à l’école Mgr Belzile L’importance de la culture à l’école est, sans conteste, un tremplin pour la motivation des élèves et la persévérance scolaire. Lieu d’intégration culturelle, l’école offre une éducation inclusive et un accès à un héritage culturel aussi bien artistique qu’historique. La culture et l’art nourrissent l’imaginaire. Et croyez-moi, madame Angèle a fait travailler nos petits Ulricois créatifs.

Elle s’est rendue à l’école Mgr-Belzile et a animé différents ateliers de créations littéraires avec cinq classes de différents groupes d’âge. Les élèves de la classe de 3e et 4e années devaient écrire une histoire en découpant des mots et des images dans des revues et des journaux. Les élèves des deux classes de 4e et 5e années avaient à remplir les bulles (ou phylactères) d’une planche d’une bande dessinée afin de construire l’histoire.

Pour les élèves de 6e année et du secondaire, ils ont participé aux jeux surréalistes des questions-réponses et des cadavres exquis avec bonne humeur et enthousiasme. « Grâce à l’accueil chaleureux des professeurs et à leur aide précieuse, les élèves ont travaillé dans la bonne humeur et ont apprécié de jouer avec les mots : j’ai été heureuse de le faire avec eux », nous confiait Angèle Laferrière, nouvellement retraitée de l’enseignement en littérature au collégial.

Le vendredi soir, Stella Guité, Audrey Fraser, Adèle Bernard-Lessard et Nathan Sirois sont venus présenter quelques œuvres de leurs collègues. De vrais PROS. Merci aux enseignantes et enseignants, à Madame Diane et à madame la directrice d’avoir permis cette activité spéciale. Nous aurions aimé publier toutes les œuvres des élèves, malheureusement l’espace dans le journal ne nous le permet pas.

Angèle Laferrière et Stella Guité

Spectacle 24 septembre : Les performances littéraires et musicales de François Larocque Le pouvoir salvateur de la parole, de la poésie, de l’écriture, François Larocque nous l’a bien démontré lorsqu’il a récité ses poèmes La culture et Lune. Inutile de vous dire que l’assistance était sans mot devant l’homme en faveur des mots, surtout lorsqu’il a sorti son grand talent de diction pour venir à bout du texte La balade de Chalclintlicuc.

François Larocque. Poésie et chansons

C’est à grands coups de Tam di delam que notre artiste a rendu hommage à Gilles Vigneault, nous livrant une performance de son poème Le temps de Jean du Nord entrecoupé de 4 extraits de chansons de l’illustre monument de la culture québécoise. En espérant François, que ton amour pour la scène et les mots se poursuive encore longtemps.

Les rires de Clémence avec Sylvie Prégent

Sophie Prégent. Les rires de Clémence

Revisiter le monde de Clémence Desrochers, Sylvie Prégent l’a fait merveilleusement bien lors du spectacle du vendredi soir. Plusieurs connaissaient déjà le répertoire de Clémence et se sont permis de fredonner quelques notes avec notre interprète. Pour certains, ils ont pu découvrir le talent immense d’une de nos grandes poètes québécoises. Bravo et merci, Sylvie, pour ce moment de pur délice.

25 septembre Expo-causerie avec Anick Arsenault et Émilie Couture

Gaston Gagné et Julie Galibois. Exposition de photos Émilie Couture et textes d’Anick Arsenaeualt.

En mots et en images, notre poète chouchou Anick Arsenault et notre chevronnée photographe Émilie Couture ont échangé avec le public sur leurs réalisations, leurs démarches et leurs inspirations. L’exposition d’une partie d’Espace-vide et d’Empreinte-portraits de village a ravi les contemplateurs. Des photos et textes de nos artistes ont été exposés dans les vitrines du 149 Ulric-Tessier, permettant aux passants d’admirer leurs œuvres. De toute beauté, vous avez de quoi être fières mesdames.

Conte en musique par Chloé Lefrançois et Denis Bélanger

Un conte d’André Lemelin, Le père Asselin, qui était surement un ermite ou un vieux fou comme certains le prétendent, mais il fallait aller voir madame Chicoine pour savoir tous les secrets de la vie de ce « méchant bonhomme ». Racontée tout en douceur par Chloé Lefrançois et brillamment accompagnée par Denis Bélanger à la guitare, cette prestation ne fut que du bonbon. Merci douce Chloé et monsieur Denis.

Les clochent qui parlent

Denis Bélanger Guitariste chevronné, Denis Bélanger s’est transformé en chef d’orchestre le temps d’une mélodie et surtout le temps d’apprendre à manier la cloche et au bon moment. Il fallait voir avec quel intérêt et sérieux les participants « adultes » ont pris part à cet exercice musical. Le son, le silence et le rythme sont les bases de la musique nous enseignait monsieur Denis. Les gens se sont bien amusés ! Merci à vous.

Remerciements

Je ne pourrais terminer ce bilan des activités sans remercier toutes les personnes qui se sont impliquées de près ou de loin à la réussite de ces Journées de la culture. Je m’en voudrais de ne pas nommer 2 personnes extraordinaires sans qui rien n’aurait été possible, Marie-Claude Soucy de la MRC de la Matanie qui a chapeauté le projet et qui a été remplacée au pied levé et dirigé de main de maître par Nadine Turcotte. Merci.

 

 

 

 

 

Club des 50 ans de Saint-Ulric

Précédent

Le Cercle de Fermières de Saint-Ulric

Suivant

Lire plus dans Info-Organismes

You may also like

Août

Comité culturel de Saint-Ulric 

Par Jocelyne Rioux, présidente Un été bien rempli Pas de repos cet été pour le Comité culturel, puisque celui-ci participe aux différentes activités ...
Août

Fable à compléter

LE CORBEAU ET LE RENARD Maître Corbeau, sur l’arbre, Tenait une fleur. Maître Renard, de sa maison, Lui dit à peu près cela ...
Info-Organismes

L’Ulricois sur le terrain

Par Véronique Boucher  Portes ouvertes à la Résidence L’Entre Gens  Le 4 juin dernier avaient lieu les portes ouvertes à la nouvelle résidence pour ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.