CollaborateursNovembre

D’où vient ce nom ?

0

Par Andrée Gendron

Comme mentionné dans la parution d’octobre de L’Ulricois, cette chronique se penche sur des toponymes inscrits sur une carte régionale de la province de Québec1, de 1898 soit : Saint-Ulric, les rivières Blanche et Petite Blanche ainsi que la pointe au Naufrage et les lacs, Blancs, des Îles et des Cabourons.

Saint-Ulric : En 1853, le juge Ulric-Joseph Tessier (1817-1892) a donné un terrain pour la construction d’une chapelle dans le canton de Matane. Mgr Baillargeon autorise la construction de cette chapelle en 1857 et crée une nouvelle mission qu’il nomme Saint-Ulric en hommage au donateur.

Le juge Tessier était un personnage important. En 1847, il avait épousé Marguerite-Adèle Kelly, cohéritière de la seigneurie de Rimouski. Député de la circonscription de Portneuf à l’Assemblée législative de la province du Canada (1851-1854) et maire de Québec (1853-1854), il siégera au Conseil législatif (1858-1867) et participera à la fondation de la Banque Nationale en 1858.

Il sera successivement juge de la Cour supérieure (1873) et de la Cour du banc de la reine (1875). Quant à saint Ulric (vers 1018-1093), il a été ordonné prêtre en 1052 et fondera quelques monastères clunisiens en Germanie. Au moment de sa mort, il assumait la fonction de prieur du monastère de Zell.

Pointe au Naufrage : Mgr Médard Belzile (1861-1953) a attribué le nom de cette pointe au naufrage d’un charbonnier en 1906. Puisque ce nom apparaît sur une carte de 1898, il s’agit d’une interprétation erronée. La plus probable est que le naufrage qui a donné le nom à cette pointe est celui de L’Éliza, un trois-mâts transportant du bois vers l’Angleterre, survenu en 1835.

Petite rivière Blanche, rivière Blanche et lac Blanc : Dans les trois cas, c’est la couleur blanche qui leur a donné ce nom. Il est à noter que celui de rivière Blanche a été initialement donné à la petite rivière dont la blancheur était remarquable et servait de point de repère pour la navigation. La rivière Blanche portait alors le nom de Grande rivière Blanche.

Lac des Cabourons et des Îles : Le premier de ces lacs a été nommé en fonction de sa localisation dans les cabourons, soit le nom donné aux collines émergeant de la plaine. Le second doit son nom aux deux îles qui y émergent.

La prochaine chronique nous donnera l’occasion d’en apprendre sur les pionniers qui ont donné leur nom aux premières routes de Saint-Ulric : routes Gosselin, Saint-Laurent, James, ou Jim, et Athanase.

Le REEE: une solution avantageuse

Précédent

Petite séance d’exercices, avec les 4 et 5 ans de la classe de madame Cynthia

Suivant

Lire plus dans Collaborateurs

You may also like

Collaborateurs

Mgr-Belzile sous la loupe

Par Marie-Hélène Bouillon, agente de réadaptation Novembre est passé, la neige est arrivée et nous filons droit vers le congé des fêtes qui ...
Collaborateurs

Littérature jeunesse

Par Véronique Boucher L’hiver, ce parfait moment pour commencer la lecture d’un bon livre, enveloppé dans une couverture avec en prime, feu de ...
Collaborateurs

Les bouquineries    

  Par Anick Arsenault En lutte Fabien Toulmé Dans cette bande dessinée, les parcours de trois militantes sont racontés en une centaine de ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.