Collaborateursfévrier

Chronique: d’où vient ce nom ?

0

Par Andrée Gendron

Il faut attendre le 2 juillet 1946 pour que conseil du village de Saint-Ulric adopte des noms de rues. L’actuelle avenue Ulric-Tessier est alors nommée rue Principale, et la route James, route Jim. Les autres rues sont identifiées par le nom des propriétaires et le conseil a souvent retenu le nom d’un saint correspondant. Pour plusieurs Ulricois et Ulricoises, ces personnes sont un parent, un grand-parent ou un autre aïeul. Même si la majorité des noms adoptés pour les rues du village n’ont pas été conservés, un retour sur cette nomenclature rappelle les résidents de l’époque. Voici donc les noms des rues de l’ouest vers l’est avec une virée vers le faubourg de la station.

Photo : Portion de l’ouest du village vers 1945. Coll, Gabrielle Leclerc.

Entre la résidence de Clément Gosselin et celle d’Antoine Anctil : avenue Saint-Antoine.

Entre la résidence d’Anicet Lévesque et celle de Ludger Bérubé : avenue Saint-Charles.

Au sud de la rue Saint-Charles vers l’est : rue Saint-Ulric.

Entre le terrain de la fabrique et la propriété de J.E. Ouellet : avenue Saint-Laurent.

Entre la propriété de J.E. Ouellet et la résidence de madame Albert Ross à partir de l’avenue Saint-Laurent : rue Saint-Joseph.

Entre la résidence d’Albert Ross et celle de Josué Saint-Laurent vers l’est jusqu’à la résidence de J.-Baptiste Desrosiers : rue Saint-Jean-Baptiste.

Entre la propriété d’Auguste D’Astous et la résidence d’Antoine Beaulieu, de la rue Principale vers le sud : avenue Saint-Auguste.

Entre la résidence de Charles Michaud et la propriété de J-Charles Dufour vers le nord : avenue du Quai.

À l’est de la rivière Blanche entre la résidence d’Hormidas Roy et celle de Raymond Talbot, de la rue principale vers l’est : rue Saint-Paul.

Entre la propriété de Roger Roberge et Frères et celle d’Hormidas Roy vers le sud : route Centrale.

Entre la résidence de Philippe Ouellet et des terrains d’Ovila Ouellet vers l’ouest : rue Saint-Philippe.

À partir de la résidence d’Anaïs Bernier et la voie ferrée, de la route centrale vers l’est: rue Saint-Cyprien.

Ces rues quelquefois reconfigurées existent encore et ont été renommées. Savez-vous leur nom actuel ? La prochaine chronique traitera des nouveaux noms des rues adoptés par le conseil municipal en avril 1969.

Chronique financière

Précédent

Littérature jeunesse

Suivant

Lire plus dans Collaborateurs

You may also like

Août

Mgr-Belzile sous la loupe 

Par Marie-Hélène Bouillon, agente de réadaptation Surveillez vos boites courriel pour les messages, en prévision de la rentrée scolaire prévue pour le vendredi ...
Août

Chronique café

Par Carolane Asselin Les 6 clés d’un café réussi L’eau L’eau de qualité entraîne un café de qualité ! En tant qu’ingrédient principal du ...
Août

Littérature jeunesse

Par Véronique Boucher Boumbidoum Écrit et illustré par Valérie Picard Aux éditions Monsieur Ed Boumbidoum est une drôle de créature appelée Dingplouf. Sa ...
Collaborateurs

Chronique café

Par Carolane Asselin Le café infusé à froid alias « cold brew » De plus en plus populaire depuis quelques années, cette nouvelle manière facile ...

Commentaires

Laisser un message

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.